Yoga : passer l’hiver

Tous les ans à l’automne, mon mental devient terriblement paresseux et se perd en introspections stériles qui ne débouchent sur rien. Si je l’écoutais, je passerais alors 3 mois au lit avec des livres sans bouger. Si les conditions étaient réunies, je le ferais VRAIMENT.

Yoga et liberté

Donc il y avait cette histoire racontée par une enseignante de yoga chevronnée. Un paysan creuse un trou dans son champ à la recherche d’eau. Après un premier trou de profondeur moyenne, il décide de creuser plus loin, toujours à la même profondeur. Puis encore un 3ème. Toujours pas d’eau.

La peur & le souffle

Écoute-les. Prends le temps d’écouter cette respiration qui n’est plus tout à fait la même qu’hier. Pas encore une autre. Éduque-toi à écouter ta respiration. Juste…écouter. Le peux-tu ? Peux-tu faire ce que tu n’as jamais fait et être là où tu n’as jamais été ? Il y en a eu d’autres avant toi des téméraires, tu sais.

Le salut est dans le corps

La pratique du yoga doit se faire de manière quotidienne – très régulière – sur une longue période de temps, et de manière ininterrompue. Telle est la recommandation de base – on remarquera au passage que le yoga est un art exigeant…

Bonne nouvelle pour les pauvres

Probablement comme vous, j’ai été éduquée à la passivité et chose tragique, je n’en avais absolument aucune conscience. Ricanant durant des années au dernier rang de la classe, me reposant sur mes lauriers et endossant gaiement l’injonction de « s’asseoir et se taire », j’ai profité de certaines facilités pour traverser ainsi les 25 premières années de ma vie. Sous une vague apparence de réussite, je n’avais en fait aucune expérience de ce qu’était la véritable difficulté de la vie, l’engagement total.

Le DJ AVICII, Instagram et la poudre de perlimpinpin

Je suis récemment « tombée » sur le documentaire Avicii : True stories – pas de panique, vous êtes bien sur un BLOG de yoga, mais le genre qui s’intéresse à tout. Puisque tout est un…bref. On y suit le DJ Avicii, de son vrai nom Tim Bergling, né le 8 septembre 1989 à Stockholm et mort le 20 avril 2018 à Mascate. Le documentaire sorti quelques temps avant son suicide relate les débuts du DJ dans sa petite chambre de Stockholm, puis sa montée en puissance au cours des 8 années de carrière où il devint une star internationale et la tête d’affiche des plus grands festivals mondiaux.

L’ashtanga n’est pas le problème – Son enseignement l’est

« Une de mes plus grandes frustrations dans le fait d’être associée au yoga ashtanga, est que les autres yogis pensent que ma pratique posturale et mon enseignement, doivent adhérer à la forme dite « traditionnelle ». (Je mets la tradition ici entre guillemets en référence à la tradition de Patthabi Jois et non à la tradition de l’ashtanga de Patanjali. Or c’est cette dernière que je pratique et enseigne.) Beaucoup ont une vision négative de cette fameuse « tradition ».

Et cet alignement…

Je suis tout récemment venue à bout d’une importante formation de thérapeute qui m’a laissée littéralement sur les genoux. De fatigue – faire un bébé la même année, really ? – et de reconnaissance. Ce petit scintillement du cœur, ces jambes légèrement flagada de détente, ce rougissement dans les joues. Cette réceptivité jusque dans les profondeurs, qui ouvre, ouvre, ouvre…et n’appelle qu’un « merci ». Qui semble un peu léger…car c’est ça, et en même temps c’est tellement plus que ça.

Yoga Shala talks with…Linda Munro

Linda Munro founded Ashtanga Yoga Paris (AYP) in 2004. Today, she shares with us her experience of practicing and teaching yoga for several decades. With her husband Gerald, she is the author of a book covering the Primary Series of Ashtanga Yoga (Yoga Chikitsa).

Yoga Shala interviewe…Linda Munro

Linda Munro a fondé en 2004 le studio de yoga parisien Ashtanga Yoga Paris (AYP). Elle partage avec nous son expérience de pratiquante et d’enseignante de yoga ashtanga depuis plusieurs dizaines d’années. Avec son mari Gérald, elle est l’auteure d’un livre sur la première série d’ashtanga yoga (Yoga Chikitsa).