« Si vous pouvez respirer, vous pouvez faire du yoga »

KRISHNAMACHARYA

YOGA à RENNES

Bienvenue à Yoga Shala Rennes

La pratique du yoga, comme le mouvement de la vie, ne suivent pas le calendrier scolaire et démarrent à tout moment lorsque vous en ressentez l’appel. L’équipe enseignante vous accueille toute l’année après une 1ère inscription par email : yogashalarennes@gmail.com.

Cours d'ashtanga yoga avec la professeur Flora Trigo, au studio Yoga shala, à Rennes.

COURS de YOGA

Le Shala est ouvert toute l’année, sauf au mois d’août et les jours fériés. Le planning des cours est à jour en consultant la page du même nom. Le premier cours se fait toujours sur réservation en écrivant à yogashalarennes@gmail.com. Le nombre de pratiquants est volontairement limité pour permettre un apprentissage qui en soit un. La transmission du yoga nécessite attention, soin et écoute.

Yoga Rennes

STAGES de YOGA

Les stages sont un moment très précieux, permettant de plonger « réellement » dans la richesse de la pratique : alignement postural clair, pratiques de pranayama, temps de concentration/assise silencieuse, échanges philosophiques vivants. Ils offrent l’espace-temps nécessaire pour descendre en Soi et intégrer les connaissances semées durant les cours hebdomadaires.

L’état d’esprit du centre de yoga

La transmission du yoga à Yoga Shala

Depuis 2015, la colonne vertébrale du centre est l’enseignement de l’ashtanga yoga, assorti de quelques autres cours (vinyasa, yin, prénatal, cycles de yogathérapie…). Nous considérons que la vague commerciale actuelle autour du yoga masque hélas souvent un grand vide concernant la qualité de ce qui devrait être transmis. La profusion (et hélas souvent la confusion) dans l’offre n’est pas systématiquement bon signe et les élèves sincères en sont souvent les premiers perdants. De notre expérience, la pratique du yoga est d’une richesse inégalable et doit constituer un voyage des plus enthousiasmants qui vise l’intégration et non l’éparpillement. Nous sommes donc honorés de vous transmettre ce que vous avons glané et expérimenté au fil des années.

POUR UNE PRATIQUE DE YOGA AGRÉABLE

TAPIS

Il est fortement recommandé que vous ayez votre tapis personnel. Vous pouvez en acheter un à cette adresse (nous ne sommes pas rémunérés pour parler de ces tapis, nous les utilisons simplement nous-mêmes) : cliquez ICI.

TENUE VESTIMENTAIRE

Portez des vêtements confortables, évitez notamment d’avoir le ventre serré. Prévoyez un gilet pour vous couvrir pendant la relaxation et des chaussettes en hiver. Le yoga se pratique pieds nus.

NOURRITURE & HYGIÈNE PERSONNELLE

Le yoga doit se pratiquer à jeun ou suffisamment éloigné de votre dernier repas. Si vous prenez un snack, 30 minutes avant le cours est un bon timing. Pour se sentir à l’aise pendant votre pratique, il est important d’entretenir une bonne hygiène corporelle, notamment des pieds.

PRÉCAUTIONS

Si le yoga peut être pratiqué par tous, il est important de prendre certaines précautions quant à l’état de santé de chaque personne. Merci de nous informer si vous souffrez d’une maladie chronique, ou si vous avez subi une intervention chirurgicale et plus largement si vous avez des problèmes de dos, à certaines articulations et en cas de grossesse.

MESDAMES

Nous laissons chaque femme libre de pratiquer ou non pendant ses règles, selon son expérience et son ressenti. Néanmoins, pour les débutantes, il est conseillé d’éviter de pratiquer pendant les 3 premiers jours. Pour les personnes en bonne forme physique ou déjà pratiquantes, des postures accessibles sont systématiquement proposées pendant cette période particulière du mois (n’hésitez pas à nous en informer, rien n’est tabou dans le corps). Pour information, les postures inversées et les torsions intenses sont particulièrement déconseillées.

ACTUALITÉS de YOGA SHALA

Évènements à venir

LES DERNIERS ARTICLES du BLOG

Le salut est dans le corps
Le salut est dans le corps

La pratique du yoga doit se faire de manière quotidienne – très régulière – sur une longue période de temps, et de manière ininterrompue. Telle est la recommandation de base – on remarquera au passage que le yoga est un art exigeant…ou n’est pas du tout. Je le considère pour ma part surtout empreint d’un réalisme salutaire qui coupe court à toute interprétation du mental. Comme l’écrit Vanda Scaravelli, « les dieux ne sont pas tendres avec notre manque de régularité« . Soit on fait sa pratique, soit on ne la fait pas. Point. C’est pragmatique, mesurable, vérifiable. Un an après l’arrivée de mon enfant, les larmes me montent aux yeux à la simple relecture de cette indication. Mon Dieu, c’est tellement vrai et je suis si émue d’avoir retrouvé une pratique quotidienne depuis 2 mois. Quel effort. J’en bave sacrément pour m’y mettre parfois. Mais quelle chance d’avoir du grain à moudre.

Implémenter du yoga dans sa vie a grandement avoir avec le fait de mettre en place une nouvelle routine. C’est concret. J’ai lu une phrase qui disait : « Une routine sans intérêt est facile au démarrage puis devient difficile ensuite ; une routine profitable est difficile à mettre en place au début puis facile par la suite« . Méfions-nous de la facilité et du court terme donc. Instaurer une pratique de yoga dans sa vie, même de manière uniquement hebdomadaire, beaucoup n’y parviennent pas. À l’aire du papillonnage, la capacité de concentration et d’engagement est globalement assez faible. Mais existante. L’expérience me donne à penser qu’un enseignant doit simplement incarner ce qu’il raconte et les élèves viennent. Prêts à mettre le pied à l’étrier et à s’investir. C’est une merveille d’assister à la justice des phénomènes en action. Je m’incline d’humilité chaque jour que je passe au shala (centre de yoga).

Quel est la valeur du yoga postural dans ce contexte ? Et bien une de ses forces à mon sens est justement son pragmatisme et son honnêteté. J’observe une tendance chez certains à considérer le yoga postural avec un certain dédain, comme s’il s’agissait d’un champ inférieur au pranayama et à la méditation par exemple. J’observe également l’emploi répandu parmis les thérapeutes en tous genres du mot « intuition », « s’élever » etc. J’en observe aussi un certain nombre qui mettent la clé sous la porte. Il arrive que ce soit les mêmes d’ailleurs. Dans cette ère de renaissance des chamanes (avec plus ou moins de réussite), dérouler son tapis et travailler laborieusement à ouvrir ses plantes de pied peut laisser à penser qu’on perd son temps. Comme si le corps était secondaire et qu’on pouvait s’en passer. Grave erreur et mauvaises intuitions nous attendent au tournant, tel est mon avis. La réalité matérielle ne fait pas de cadeaux quand on est à côté de ses pompes. Par contre, elle nous fait le cadeau de l’honnêteté. Construire des châteaux en Espagne (en pensée) est aisé. Construire un muret dans sa cour ici en France l’est souvent beaucoup moins. Surtout quand on manque de technique, d’expérience et de constance.

Penser que le corps est secondaire, c’est remettre de la séparation là où il n’y a qu’une seule et même chose. Comment peut-on imaginer une seconde avoir des intuitions justes si le véhicule corporel n’est pas au diapason ? Il est notre support, notre base, notre véhicule. Je pense pour ma part qu’il devrait être une de nos priorités. Pas pour son aspect esthétique ou ses performances, mais par la relation que l’on tisse avec lui en yoga. Cette relation, je la vis comme « organique ». Huit années de pratique avaient déjà affuté une partie de ma sensibilité, mais depuis un an et demi, ma pratique a pris une dimension plus difficile à mettre en mots. Plus vive, plus douce et plus affutée en même temps, plus profonde, plus sincère. Mes omoplates contactent le sol, je sens littéralement mon coeur qui vibre, un souvenir douloureux affleure et s’envole, je pleure. Mon corps se gorge des mots justes d’une enseignante expérimentée, il y réagit avant que j’ai le temps d’utiliser mon cerveau. Je l’observe faire, mes os se placent. Il m’enseigne. Intérieurement, je m’incline en permanence. Je suis dans un véhicule de sagesse qui a tout à m’apprendre. Ce que j’appelle « moi », doit juste écouter. Sentir. Je suis émue. En permanence. C’est éprouvant, il me fatigue mais ça donne de la valeur à chaque seconde. On n’a rien sans rien. Une joie indicible m’envahit.

Le talent de l’enseignant de yoga repose sur sa capacité à transmettre ce rapport au corps, organique, vivant. La qualité de la technique est primordiale pour ne pas retomber dans l’imagination. C’est rare et précieux. Le yoga est une science et un art dont l’horizon s’élargit à mesure que l’on avance. Je n’ai jamais été aussi enthousiaste et assoiffée d’apprendre. J’entre dans une nouvelle ère et de là, je vous souhaite sincèrement le meilleur sur votre chemin.

Bonne nouvelle pour les pauvres
Probablement comme vous, j’ai été éduquée à la passivité et chose…
Le DJ AVICII, Instagram et la poudre de perlimpinpin
Je suis récemment « tombée » sur le documentaire Avicii : True stories…
Suivez nous sur Instagram
Suivez nous sur Facebook