Et cet alignement…

Anjali Mudra

     Je suis tout récemment venue à bout d’une importante formation de thérapeute qui m’a laissée littéralement sur les genoux. De fatigue – faire un bébé la même année, really ? – et de reconnaissance. Ce petit scintillement du cœur, ces jambes légèrement flagada de détente, ce rougissement dans les joues. Cette réceptivité jusque dans les profondeurs, qui ouvre, ouvre, ouvre…et n’appelle qu’un « merci ». Qui semble un peu léger…car c’est ça, et en même temps c’est tellement plus que ça. Dans son livre « Ce dont je suis certaine », Oprah Winfrey écrit : « Le secret réside dans l’alignement, c’est-à-dire le fait d’avoir la certitude d’être dans la bonne voie et en train de faire exactement ce que l’on est censé faire, à savoir concrétiser l’intention de son âme, le désir de son cœur. Lorsque sa vie est alignée sur sa destinée, c’est alors que l’on est le plus puissant. Et même si l’on trébuchait, on ne tomberait pas » (éditions du Trésor caché, p. 205).

     Cette notion d’alignement est un élément central de latechnique physique du yoga. Dans son aspect le plus matériel (le corps physique), direction claire doit être donnée aux structures osseuses. Les clavicules dans ce sens, l’extérieur du talon comme cela sur le sol, les omoplates vers la poitrine etc.. À partir de directions osseuses très claires, les tissus plus mous sont placés, de plus en plus consciemment et précisément. Des blessures sont évitées, de l’espace est généré, des guérisons physiques adviennent. Les muscles s’étirent, les articulations « respirent », les organes revivent. Ce serait presque magique, si ce n’était le résultat d’une technique régulièrement pratiquée, afin que tout ça s’installe dans la réalité. Avec le contrepoids, à savoir qu’une mauvaise technique corporelle, mal enseignée ou mal apprise, aggravera automatiquement les problèmes déjà existants.

     On perçoit aussi cette question d’alignement à des niveaux plus subtils, c’est-à-dire énergétiques. Cet équilibre entre la gauche et la droite, entre l’ouverture d’un centre (çakra) et sa fermeture, entre l’avant et l’arrière de ce centre, sa forme etc. Dans cettemécanique subtile du vivant, entre corps physique et circulation d’énergie, le mental se place. L’univers mental se peuple alors de pensées en lien avec les autres niveaux et avec ce fameux alignement/désalignement. Il y a la posture de la personne qui vit dans le passé, et celle qui vit dans le futur. L’anxieux, le tracassé, le nonchalant, le passif, le centré, le conquérant, le craintif…

     Cette notion d’alignement nous dessert si l’on en a aucune conscience – ce qui est parfaitement répandu. Elle est souvent incomprise car voulant justement être saisie par ce mental rationnel, aussi têtu que l’organe qui le porte : et bla et bla et bla. Alors que le ressenti propre à l’alignement est au contraire une expérience dont le mental peut parler, mais qui se vit dans les profondeurs des tissus, du cœur, de l’expérience. Et si jamais ce ressenti n’était encore pas suffisamment clair, tout l’extérieur nous cause en permanence. Les personnes qui nous entourent, les événements qui nous arrivent, les situations dans lesquelles on se met/trouve. Les réussites et les échecs – qui n’en sont pas.

     À un niveau encore plus élevé d’alignement (spirituel, pour employer les « gros mots »), et impérativement en lien avec le reste, cette expérience fait office de miracle au quotidien. Avec la douceur d’une eau qui coule sur un rocher lisse mais sait aussi le contourner si besoin, la bonne personne se présente au bon moment au bon endroit. Les projets se font avant d’avoir eu le temps de dire « ouf ». Sans effort et parfois contre toute rationalité, ils sont plus aboutis que prévus, procurent une joie indicible et rapportent un salaire parfaitement adapté à nos besoins, voire même un peu plus. Ils bénéficient à tous.

Là où il y avait friction, ça coule.

Là où il y avait conflit, les choses s’intègrent.

Là où il y avait indécision, un choix apparaît.

Là où il y avait fatigue et manque, la réceptivité autorise la réception.

Et nous laisse à genoux. De gratitude.

Demandez – depuis la partie la plus profonde – et vous recevrez. C’était donc vrai.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked (required)